Point d'étape relatif à la mise en œuvre du plan d'action pour la politique de la ville sur Amiens

 
 
Point d'étape relatif à la mise en œuvre du plan d'action pour la politique de la ville sur Amiens

État d'avancement de la mise en œuvre des 14 mesures pour la politique de ville sur Amiens, 7 mois après leur présentation par le ministre de la ville.

Lors de sa deuxième visite officielle à Amiens le 15 novembre 2012, Monsieur François LAMY, le ministre délégué chargé de la Ville, avait présenté « 14 propositions pour les amiénois . »

Ces propositions, reprises par l'ensemble des interlocuteurs institutionnels intervenant sur Amiens, constituent la feuille de route de l'année 2013. En visite dans la capitale, ce 17 juin, le ministre a constaté l’avancement de la mise en œuvre du plan en rencontrant les services territoriaux de l’État ainsi que des associations sur le terrain.

1- Renforcer le pilotage interministériel via un sous-préfet ville et des référents politique de la ville dans chaque service déconcentré de l’État :

Madame Isabelle DORLIAT-POUZET a été nommée et installée Sous-préfète, chargée de mission auprès du préfet de la région Picardie, préfet de la Somme, en charge de la politique de la ville. Elle dispose de référents dans chacun des services déconcentrés concernés.

Le travail inter-ministériel est assuré par la création d’un comité opérationnel (COMOP), qui réunit chaque mois l'ensemble des services de l'État. Un comité de pilotage stratégique (coprésidé par le préfet, le président du Conseil général de la Somme et le président d’Amiens Métropole) et un comité de pilotage opérationnel permettent la coordination de la politique de la ville avec les autres acteurs, comme la ville d’Amiens et Amiens Métropole, le Conseil général de la Somme, la CAF, la CPAM, la CCI, les bailleurs sociaux, la caisse des dépôts, l'INSEE ou Pôle emploi).

2- Expérimenter un « Contrat urbain global » pour rassembler tous les acteurs autour d'un projet de territoire :

Le préfet a lancé les travaux d’élaboration du contrat urbain global annoncé par le ministre.

Ce contrat, désormais appelé « Contrat de ville », s’appuiera sur les bilans des contrats urbains de cohésion sociale (CUCSContrats urbains de cohésion sociale), des dispositifs de réussite éducative (DRE) et de rénovation urbaine (ANRU), ainsi que sur un état des lieux de la situation socio-économique locale qui est en cours de réalisation par la ville d’Amiens en lien avec les services de l’État.

Par ailleurs, des actions spécifiques en cours intégreront le Contrat de ville. Parmi elles, nous pouvons citer :

  • La lutte contre le dérapage scolaire et les actions en faveur du raccrochage des élèves, en lien avec les services sociaux, les collèges et les associations de quartiers ;
  • Le maintien des services dans les quartiers, en liant le parquet d’Amiens, la DDSPdirection départementale de la sécurité publique, la DPJJ, les services sociaux, les associations de quartiers et les services publics et commerciaux (CAF, Poste, livreurs, bailleurs sociaux…).
  • Un travail sur la parentalité et les droits et les devoirs des familles, en partenariat avec le Réseau d'Ecoute, d'Appui et d'Accompagnement des Parents (REAAP) de la Somme et les groupes locaux de traitement de la délinquance (GLTD).
  • La coordination des actions de médiation publique dans les champs du social, de la sécurité, de l'action éducative, des services au public (bailleurs, transports...).
  • La relance sur Amiens du dispositif « Ville Vie Vacances », en lien avec les actions de prévention, notamment de prévention de la délinquance.

Quatre priorités, définies en comité de pilotage stratégique, pourraient composer le futur Contrat de ville. Il s’agit de :

  1. la réussite éducative des jeunes des quartiers de la maternelle à l'âge adulte ;
  2. l'accès à l'emploi et la relance de la dynamique économique dans les quartiers ;
  3. la qualité de vie et d'accès aux services pour les habitants des quartiers ;
  4. la lutte contre les discriminations et la valorisation des habitants des quartiers.

3- Renforcer les moyens financiers de l’État via l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (ACSé) :

En novembre 2012, 230 000 € supplémentaires ont été attribués au titre de l’année 2012 et ont bénéficié à 29 associations retenues en lien avec la ville d'Amiens.

En 2013, la dotation allouée à la Somme a été rebasée en prenant en compte cette augmentation des moyens de l’ACSé. L’appel à projet 2014 est en cours de préparation et confirmera la démarche entreprise en matière de cohérence des subventions et d’évaluation.

4- Restaurer la confiance et construire une nouvelle relation avec les acteurs associatifs :

Des rencontres régulières sur le terrain sont effectuées par les services de l’État. Un projet participatif de réflexion-action en thérapie sociale a été conduit, dont les apports viendront nourrir le volet participation des habitants du Contrat de ville. Plus généralement, un suivi rapproché des différentes associations ou collectifs permet de valoriser travail et enrichissent l’action publique. 

5- Travailler la mémoire des quartiers et l'histoire des habitants :

Un travail sur ce thème débute avec des enseignants du Centre Universitaire de Recherches sur l'Action Publique et le Politique (CURAPP) de l’Université de Picardie Jules Verne (UPJV). Les habitants seront associés sous la forme de recherches « action participative »  au cours de l'année universitaire 2013/2014. La « Maison de l'égalité » gérée par la mairie d'Amiens, déjà très impliquée sur la question de la mémoire des quartier, sera un important support de médiatisation des travaux.

6- Proroger la convention ANRU d’un an, jusqu'à fin 2013 :

Le quatrième avenant à la convention ANRU a été approuvé et la signature entre les parties prenantes devrait être effective au courant de l’été 2013.

Trois chantiers sont particulièrement suivis et attendus pour la fin 2013 : la démolition des immeubles du quartier Brossolette, la réhabilitation des immeubles de la rue Fafet (Amiens Nord) et la démolition des tours Daudet à Victorine Autier (sud-est).

 7- Mettre en place une Maîtrise d'Oeuvre Urbaine et Sociale (MOUS) pour renforcer l'accompagnement social des ménages en difficulté :

Le cahier des charges de cette maîtrise d’œuvre MOUS est en préparation par les services d’Amiens Métropole, pour une mise en place d’ici le mois de septembre 2013. Elle sera intégrée à la stratégie de peuplement accompagnée par l’ANRU.

8- Mobiliser l'EPARECA pour soutenir la revitalisation des commerces dans les quartiers :

L’Établissement pour l’aménagement et la restructuration des espaces commerciaux et artisanaux (EPARECA) a réalisé un diagnostic concernant la galerie marchande des Coursives dans le quartier d’Etouvie. Différentes hypothèses ont d’ores et déjà été proposées aux élus.

Concernant la place du Colvert, à Amiens Nord, une première réunion s’est tenue en présence des commerçants, des élus et des services de l’État. Les résultats de l’étude sont en cours d’élaboration.

9- Faire de la ZSP un élément fort du futur Contrat de ville :

Les services de la politique de la ville travaillent en liens réguliers avec les dispositifs de gouvernance de la Zone de sécurité prioritaire (ZSP) Amiens Nord. La sécurité est une dimension prise en compte dans tous les axes du futur Contrat de ville, pour garantir la faisabilité des actions et rassurer les acteurs. Les actions de cohésion sociale bénéficient du Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD) et leurs objectifs ont été mis en cohérence.

Le dispositif « Ville Vie Vacances »  a été réactivé en partenariat avec la ville, le Conseil général et la Caisse d’allocations familiales (CAF). Les objectifs sont de renforcer et de mieux partager la connaissance de l’offre d’activités et de séjours adaptés aux problématiques des jeunes des quartiers.

Par ailleurs, le groupe partenarial pour le maintien des services aux habitants dans les quartiers, associant tous les partenaires, permet d’identifier les difficultés d’exercer certaines professions, de structurer les réponses de la collectivité à ces problématiques et de lever le sentiment d'insécurité exprimé par de nombreux professionnels.

10- Associer à la ZSP un volet prévention de la délinquance renforcé :

Les projets répondant à l’appel à projet 2013 du Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD) ont été instruits au regard d’un double critère Sécurité publique et Politique de la ville, et en cohérence avec l’appel à projet CUCS.

En outre, un travail mensuel est conduit dans le cadre des groupes locaux de traitement de la délinquance (GLTD), sous la présidence du procureur de la République, associant les services de l’État, dont l’Éducation nationale et la PJJ, ainsi que la « cellule des informations préoccupantes » du conseil général.

11- Déployer les contrats d'avenir, prioritairement pour les jeunes peu ou pas qualifiés des quartiers :

Une action forte est engagée auprès du secteur associatif pour déployer le dispositif des « Emplois d’avenir » avec les missions locales, CAP Emploi, Pôle Emploi et la Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi de Picardie (DIRECCTE), tout particulièrement auprès des associations sportives.

Un travail spécifique a été engagé lors de la notification des subventions ACSé 2013 pour promouvoir systématiquement les Emplois d'avenir au sein des associations soutenues au titre de la politique de la ville.

12- Expérimenter les emplois francs pour l’accès à l’emploi des jeunes diplômés des quartiers dans les entreprises :

Pôle emploi s'est mobilisé pour promouvoir le dispositif auprès des employeurs de son réseau. Une analyse a été faite des profils de tous les jeunes des ZUS d'Amiens diplômés bac+4 et bac+5 afin de proposer leur candidature aux employeurs potentiels.

13- Mettre en place un partenariat avec Pôle Emploi pour un accompagnement spécifique des jeunes demandeurs d’emploi des quartiers :

Un travail a été lancé pour organiser la déclinaison locale de la convention entre le Ministère de la Ville et Pôle emploi. Deux animations collectives hebdomadaires seront assurés par Pôle emploi au sein des locaux municipaux de l’Atrium, à Amiens Nord. Le planning sera lisible pour le public et les offres cibleront au mieux les habitants du quartier.

Un « club des jeunes demandeurs d’emploi » sera créé par Pôle emploi. Il sera réservé aux jeunes de la géographie prioritaire, et permettra un accompagnement renforcé de 3 mois de démarchage et de soutien d'accès à l'emploi.
Enfin, Pôle emploi mettra en place un accompagnement renforcé pour l'insertion des clauses sociales, notamment en faveur des jeunes, dans les marchés publics et pour la mise en place et le suivi des contrats aidés. 

14- Mobiliser les « politiques de droit commun » pour renforcer leurs interventions dans les quartiers :

Les politiques de droit commun de l’État, du Conseil général et de la ville d’Amiens seront désormais partagées. L’objectif est de parvenir à mieux mobiliser les crédits de droit commun des politiques publiques en faveur des quartiers.