Influenza aviaire

L'influenza aviaire est une maladie animale virale très contagieuse. Elle touche toutes les espèces aviaires domestiques et sauvages, chez lesquelles elle peut provoquer, dans sa forme hautement pathogène, des épisodes de mortalité.

L'influenza aviaire peut se transmettre par contacts directs entre oiseaux et par contacts indirects à travers:

  • des véhicules;
  • du matériel;
  • des personnes;
  • des fientes, du lisier;
  • des résidus d’élevage.

Les symptômes de cette maladie sont principalement respiratoires, digestifs et/ou nerveux, diversement associés. Les formes graves se traduisent par une atteinte importante de l'état général des oiseaux conduisant à leur mort rapide.

L’Europe enregistre depuis plusieurs semaines une dynamique de propagation du virus de l’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) dans la faune sauvage migratrice mais également dans des élevages d’Europe du Nord (Allemagne, Danemark, Pays Bas) et d’Europe centrale, particulièrement en Hongrie. La France enregistre à ce jour 4 foyers en élevage.

Face à l’augmentation grandissante de la menace, le ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire Marc Fesneau a pris la décision d’élever le niveau de risque de « modéré » à « élevé » sur l’ensemble du territoire métropolitain.

Cette décision, une semaine après une première élévation du niveau de risque, permet d’assurer une meilleure protection des élevages face à la menace représentée par la forte circulation du virus dans la faune sauvage migratrice.

Le passage en risque « élevé » généralise sur l’ensemble du territoire les mesures de prévention suivantes :

  • Claustration ou protection par des filets des oiseaux détenus dans des établissements de moins de 50 volailles ou des oiseaux captifs (basses-cours, zoos) ;
  • Mise à l’abri et protection de l’alimentation et de l’abreuvement des oiseaux dans les établissements détenant plus de 50 volailles ;
  • Équipement obligatoire des véhicules destinés au transport de palmipèdes de plus de trois jours au moyen de bâches ou équivalents empêchant toute perte significative de plumes et duvets par un camion plein ou vide ;
  • Interdiction des rassemblements de volailles et oiseaux captifs ;
  • Interdiction de compétition de pigeons voyageurs jusqu’au 10 avril 2024 ;
  • Restrictions aux transports d’oiseaux appelants et interdiction du lâcher de gibier à plumes de la famille des anatidés.

L’ensemble des mesures applicables est décrit dans l'arrêté ministériel du 25 septembre 2023 (  https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000048110961/2023-11-23/)

 

Ces mesures renforcées viennent en complément de la campagne de vaccination obligatoire lancée en France depuis le 1er octobre pour les élevages commerciaux détenant plus de 250 canards. La surveillance, la biosécurité et la vaccination sont des piliers complémentaires de la prévention de l’IAHP.

Pour en savoir plus :

https://agriculture.gouv.fr/tout-ce-quil-faut-savoir-sur-linfluenza-aviaire

https://agriculture.gouv.fr/influenza-aviaire-le-plan-daction-vaccination-de-la-france

La surveillance de la mortalité de l’avifaune sauvage reste en vigueur et la découverte d’oiseaux sauvages morts doit faire l’objet d’une déclaration auprès du réseau de surveillance SAGIR en contactant :

- l’Office français de la biodiversité au numéro suivant : 03 22 24 51 63,

- la Fédération des chasseurs de la Somme au numéro suivant : 03 22 82 90 90.

Il est rappelé aux détenteurs d'oiseaux que toute apparition de signes cliniques en faveur de l'influenza aviaire sur des oiseaux captifs doit immédiatement être signalée à un vétérinaire sanitaire.

Pour rappel, ce virus n’est pas transmissible à l’Homme, ni par contact avec les oiseaux, ni par consommation de viande de volailles ou d’œufs.

A lire dans cette rubrique